Category: startup

Un fast sans serveurs qui vous vend des plats bons pour votre santé: il existe, c’est Eatsa.

Eatsa est une société américaine qui vient d’ouvrir son sixième restaurant à New York. le concept est simple: un fast food qui vend des plats à base de quinoa, sans serveurs…et presque sans employés.

Tout commence par la prise de commande, sur une des 10 tablettes installées dans le magasin.

Une fois votre menu sélectionné et payé, la commande est préparée par un système automatisé qui doit prendre au maximum 90 secondes. Peu ou pas d’interaction humaine aussi dans la commande.
Les menus sont ensuite delivrés dans des casiers digitaux.

Pour patienter, le client peut suivre l’état d’avancement de sa commande sur un écran au dessus des casiers.

Votre nom s’affiche ensuite sur le casier, quand votre commande est prête.

Il ne reste plus qu’à déguster.

Un système fluide qui fonctionne bien et qui permet à Eatsa de proposer des prix jusqu’à 30% moins cher que ses concurrents (comme Chipotle par exemple) grace à son automatisation et l’absence ou presque d’employés. Eatsa annonce servir plus de 5000 repas par jour à New York.

L’application mobile offre la même fluidité de commande que le magasin.
Et les clients sont là!

Share

Oscar est une startup américaine installée à New York qui fournit des services d’assurance santé. Comme toutes les  startups, Oscar essaye de bouleverser son secteur d’activité au travers de son application mobile et de ses services.

Pour plus d’informations sur cet assureur vous pouvez lire l’article publié sur le site de L’Echangeur et auquel j’ai contribué.

Dernière innovation en date chez Oscar, ouvrir un centre de santé dans lequel les assurés pourront rencontrer un médecin gratuitement ou faire des analyses de laboratoire.

Le centre n’ouvrira qu’en Janvier mais SoParticular a eu la chance d’être convié à la soirée de lancement afin de visiter les lieux.
Un assureur en ligne qui ouvre un lieu physique pour des soins: pas banal.
Le centre situé à Brooklyn abrite des bureaux d’Oscar ainsi qu’un cabinet médical.

Les salles de consultation n’ont rien à envier à un cabinet médical classique.

Le centre a aussi son propre laboratoire d’analyse médicale. Si vous souhaitez faire baisser les coûts de vos assurés, leur offrir un lieu permettant de rencontrer un médecin et de faire ses analyses sanguines sur place est un atout majeur. En fonction de votre contrat d’assurance, un nombre maximum de visites médicales gratuites vous sera proposé.

Et pour vous sentir encore mieux, pourquoi ne pas vous inscrire aux cours de Yoga dispensés sur place?


Et bien sur, comme avant, vous aurez toujours accès au service de consultation de médecin par téléphone d’Oscar. Vous ne vous sentez pas bien, un médecin vous appelle pour recueillir vos symptômes et vous dire si vous devez effectivement aller chez votre médecin ou si le docteur d’Oscar peut vous envoyer une prescription, afin d’éviter une dépense supplémentaire liée au frais de consultation dans votre cabinet habituel.
Il ne reste plus qu’à rester en forme pour 2017.

Share

Après avoir levé plusieurs millions de $ pour accélérer son expansion, la marque française Devialet vient d’ouvrir son premier magasin à New York.

Devialet est une société qui fabrique des enceintes sans fil haut de gamme. La marque compte parmi ses clients: Beyonce et Jay Z, Will.I.Am et Loic LeMeur aux Etats-Unis et Xavier Niel, Marc Simoncini ou Bernard Arnault en France.

Ces enceintes, dont le prix de vente débute à $2000, sont un petit bijou technologique et étaient vendues auparavant dans les magasins Apple.

Le magasin situé à Soho se trouve pratiquement en face du magasin SONOS : pure coincidence selon le manager de Devialet.

A l’entrée, vous êtes accueillit par le son de cette enceinte qui semble avoir été disséquée afin de permettre de voir les différents éléments qui la composent.

img_4394

Le magasin est peint en blanc pour s’accorder à la pureté du son qui est diffusé. Devialet a ouvert ce magasin il y a à peine 10 jours et il reste encore quelques détails à régler. Une salle de diffusion video équipée de 5 enceintes étaient encore en préparation. De même, une salle vitrée imperméable aux bruits extérieurs, vous permet de tester le son des différentes enceintes loin des discussions de clients du magasin.

Les enceintes sont magnifiquement mises en valeur à l’entrée du magasin avec ce présentoir sur lequel sont inscrites toutes les revues des différents blogs technologiques américains.

img_4396

Au fond du magasin, vous pouvez aussi découvrir tous les accessoires nécessaires pour votre enceinte.
img_4401

Comme beaucoup d’autres magasins, ce lieu servira de showroom, de point de vente et “d’enceinte” de spectacles afin d’attirer une nouvelle clientèle malgré son prix élevé.

A visiter avec SoParticular.

Share

Chaque année l’évènement retail de la saison est le salon de la NRF à New York. Et chaque année, SoParticular reçoit des demandes pour des visites de magasins durant ce salon.

Ces visites de magasins sont organisées en accord avec les magasins et les clients de SoParticular sont reçus par les managers des enseignes afin de présenter et expliquer les innovations présentes.

Du fait de cette demande grandissante, une nouvelle offre de services est proposée par SoParticular : des listes de magasins à visiter avec pour chaque magasin une fiche spécifique, qui vous permettra de visiter l’enseigne par vous-même, lors de votre temps libre à New York.

La visite de magasins est importante afin de voir clairement et concrètement les tendances actuelles en termes de marketing, de technologie, de nouveaux services, de design ou de paiement. Si vous ne pouvez pas consacrer une journée entière pour ces visites lors de votre passage à New York pour le salon, ces listes seront parfaites pour vous.

WTC 1

Ces « stores tours » seront préparés spécialement pour chaque client afin de répondre exactement à leurs préoccupations. Vous pourrez recevoir une liste de 5, 10 ou 15 magasins à visiter selon votre disponibilité. Les fiches de chaque magasin vous permettront d’avoir toutes les informations nécessaires sur le magasin, la marque et les points forts à ne pas manquer lors de votre visite.

N’hésitez pas à me contacter pour plus d’informations.

Share

Comme vous le savez, SoParticular est devenu une société en 2015 et accueille de plus en plus de clients français qui souhaitent explorer l’innovation en magasin à New York.

Voici une liste de 10 raisons pour lesquelles vous devriez, vous aussi, venir découvrir ce que New York peut vous offrir lors d’un store tour:

  • Car les magasins de la ville sont prêts à tester des innovations technologiques, vous pourrez découvrir des outils ou des services innovants lors de ces visites.

IMG_0208

  • Car le service client et la gestion du client doivent être une priorité pour les marques. D’excellents exemples sont à découvrir à New York.
  • Car vous serez reçu par un manager du magasin qui vous donnera les informations les plus importantes sur le magasin et qui pourra répondre à toutes vos questions.
  • Car vous aurez un an d’avance minimum sur ce qui se passera en France
  • Parce que les précédents clients sont satisfaits
  • Parce que les nouveaux concepts de magasins sont souvent à New York
  • Car les starts-ups et sociétés innovantes s’installent de plus en plus en ville et développent des partenariats avec les magasins et les marques pour développer des solutions « In-store ».
  • Car vous n’avez que 6h de décalage horaire avec vos équipes en France.
  • Car SoParticular est une société installée à NY, connectée aux marques et aux magasins de la ville, vous pourrez donc visiter les magasins les plus récents et voir les toutes dernières innovations

IMG_1410

  • Car voir une technologie en magasin est toujours plus intéressant que de lire un rapport sur le sujet.

rebecca

New York vous attend! Contactez SoParticular!

Share

header

LE FUTUR DU COMMERCE

Les dernières éditions du Web Summit Dublin, du CES Las Vegas et du Retail’s Big Show New York ont apporté leur lot de nouveautés. L’Echangeur vous propose un rapport de tendance décryptant les innovations Retail avec une matinée exclusive de debrief, pour comprendre les grandes évolutions en cours.
Cette nouvelle édition de « Commerce Reloaded 2016 » confirmera t-elle la vision des stratégies détectées l’an dernier ?

Nos deux experts, Guillaume Rio et Nicolas Diacono, animeront cette séance riche en innovations pour accompagner votre vision stratégique, le 18 février 2016.

RAPPORT + BEST OF TECHNOS :

Le rapport « Commerce reloaded » analyse les grandes tendances technos dans le commerce captées sur les Salons Web Summit, CES et Retail’s Big Show mais aussi lors des visites des concepts stores new yorkais. Le rapport comportera, en plus d’une cartographie de l’environnement, une analyse à dimension prospective, illustrée de données chiffrées et de cas concrets.
« Best of Technos », le cahier spécial vous présente une sélection des start-up et des technos les plus innovantes.

Pus d’infos sur le site de L’Echangeur by BNP Paribas

Share

Qui mieux que la marque de lunettes Warby Parker peut vous conseiller les meilleurs spots de New York pour porter…des lunettes de soleil?

Carl-Schurz-Park-688x458

Warby Parker a demandé à ses employés newyorkais de citer les meilleurs spots de la ville pour profiter de leurs lunettes de soleil. A vos carnets d’adresses!

Share

L’événement de la semaine dernière pour SoParticular a été à coup sur l’article qui est paru sur le site de Influencia. J’ai eu l’opportunité d’être interviewé par Deborah Larue (du site Spanky Few) pour le compte de Influencia.

Pour ceux qui ne l’auraient pas lu, voici ci-dessous l’intégralité de l’article.

 

Dans une ère où le e-commerce est conquérant et oblige le point de vente à se réinventer, comment le retail français s’adapte t-il face à cette profonde métamorphose. Précisions dans un entretien avec Bertrand Leseigneur, fondateur du cabinet de conseil SoParticular à New York.

 

Et si le traditionnel shopping du samedi après-midi prenait une couleur totalement différente ? Selon le cahier prospectif sur le futur des magasins, réalisé par Dentsu Aegis et publié dans nos colonnes, il y a quelques semaines, 40% des Français pourraient se passer de magasin physique si le numérique proposait les mêmes services. En parallèle, jamais la demande de service et de conseil physique n’a été aussi forte.

 À l’image de leurs équivalents américains, les magasins français doivent se réinventer et passer d’une stratégie de cross-canal à une démarche globale où le digital rejoindrait le physique pour une expérience client optimale et un processus d’achat plus simple, plus personnalisé et plus convivial.Bertrand Leseigneur, un frenchy basé à New York et spécialiste de l’innovation en magasin livre un état des lieux du retail de la Big Apple et l’a comparé au marché français…

 

INfluencia : en quoi New York est-il un modèle en terme d’innovation en magasin ?

Bertrand Leseigneur : New York est une ville où tout est possible, ce n’est pas une légende. On peut donc aussi tout y tenter. Elle bénéficie de nombreux avantages : un dynamisme extraordinaire, de nombreuses marques présentes intra muros, des innovateurs et des start-up prêts à montrer ce qu’ils savent faire ainsi qu’un nombre de touristes très important qui n’hésitent pas à ouvrir leur portefeuille. Les conditions sont donc remplies pour avoir une vraie guerre des magasins. Le gagnant sera celui qui affichera le meilleur produit, le meilleur prix ou qui saura attirer le client par ses innovations qu’elles soient technologiques ou marketing.

 

INfluencia : comment imaginer le magasin du futur ?

Bertrand Leseigneur : le magasin du futur partira toujours du besoin du client. L’innovation en elle-même n’a d’intérêt que si elle répond à ce prérequis, que ce soit pour le faire venir en magasin et l’orienter (Beacon) ou pour l’aider à se décider et à payer. Un des grands changements à venir est que le magasin attirera toujours beaucoup de monde, mais va passer du statut d’entrepôt à celui de lieu de vie. Quand on passe du temps dans un magasin de chaussures, on veut pouvoir en sortir avec le produit désiré, à la taille requise. Le stock sur place doit donc être conséquent et permettre de couvrir les principales demandes. Demain, j’irai en magasin pour discuter avec des conseillers clients, prendre un café, essayer les produits qui m’intéressent et partager mes envies avec ma communauté d’amis. Le produit sera livré chez moi, je n’aurai plus à me soucier du nombre de paquets à porter. Le paiement ne se fera plus en caisse, mais directement avec le vendeur qui m’aura conseillé ou renseigné. Le mobile sera donc au cœur du processus. Le magasin sera un lieu de plaisir et de vie.

Un exemple pour illustrer cela : à New York, Jack Erwin a ouvert un magasin de chaussures qui ne vend pas de chaussures. L’idée est de pouvoir les tester, trouver son style, échanger avec les vendeurs et recevoir des conseils « fashion ». Les chaussures une fois choisies seront achetées en magasin en utilisant l’application mobile de la marque, puis livrées chez vous gratuitement. Le magasin Jack Erwin devient un lieu d’échanges, d’essayage et de vie, dans une ambiance qui permet de vendre. Amazon Now développe cette idée avec la livraison en 1 heure dans certaines villes américaines, qui sera sûrement, sous peu, associée à une offre de magasin. De même, les magasins Kate Spade ont déjà testé le concept avec leur magasin du futur dans lequel on peut acheter sur une vitrine tactile et se faire livrer chez soi dans l’heure à New York.

 

INfluencia : parcours connectés, paiement par mobile, m-couponing… est-ce finalement le digital qui sauve le magasin physique ?

Bertrand Leseigneur : le digital est effectivement un élément qui aide le magasin physique. Mais il ne faut pas se tromper, le magasin physique est bien vivant. Le brick and mortar est toujours essentiel dans 90% du commerce aux États-Unis. Le digital est un outil compétitif pour faire entrer un client dans un magasin par rapport à son concurrent et les outils mobiles permettent surtout de faciliter le parcours du client en magasin grâce aux outils de mapping, de paiement ou tout simplement pour se renseigner sans attendre la présence d’un vendeur. Le digital est donc un outil au service du magasin, qui s’intègre dans l’expérience client.

 

INfluencia : selon une étude Dentsu Aegis, 91% des Français sont en attente d’innovations fortes. Comment expliquer le retard de la France ?

Bertrand Leseigneur : la France n’a pas de retard en termes d’innovations. Les Américains reconnaissent le talent de nos ingénieurs. Les start-up en France prennent une place de plus en plus importante et l’envie de créer et d’innover est là. Cependant, les magasins américains ont besoin d’innover pour attirer une clientèle toujours prête à dépenser, mais qui a aussi un énorme choix en termes de marques et de lieux d’achats.

La technologie devient donc un facteur différenciant tout comme l’accueil en magasin. La prise de risque doit alors être plus importante pour atteindre ce client. La chaîne de magasins Sears vient par exemple de lancer, en partenariat avec Google un système de publicité mobile très intéressant : si je cherche un produit sur mon smartphone, Google m’indiquera directement si le produit est disponible dans le magasin Sears le plus proche du lieu dans lequel je me trouve actuellement. La fréquentation en magasin a augmenté de 122% selon Sears depuis le début de cette campagne. Sears a bien sûr dû prendre le risque de partager ses informations d’inventaire sur ses 1240 magasins avec Google pour cela, mais le résultat est là.

L’innovation peut aussi venir des services proposés : dans cette même étude, les Français réclament la possibilité de tester un produit avant de l’acheter. C’est une tendance importante déjà aux États-Unis. Dans un de ses magasins, SONY propose, par exemple, une Playstation Lounge dans lequel les fans de jeux peuvent tester les nouvelles consoles ou les nouveaux jeux sans contraintes.

 

INfluencia : comment les dirigeants français peuvent-ils envisager ces innovations ?

Bertrand Leseigneur : il ne faut pas hésiter à essayer. Google offre la majorité de ses produits en version Beta depuis des années. Pourquoi ne pas tenter d’innover en Beta en magasin en proposant des services qui permettront de se démarquer des concurrents.

 

INfluencia : quelles sont leurs demandes et leurs réactions face aux innovations en magasin que vous leur faites découvrir ?

Bertrand Leseigneur : depuis que j’organise ces visites de magasins innovants avec une présentation par un intervenant du magasin ou de la marque, je remarque que mes clients sont en attente de retour d’expérience. Ils veulent savoir si telle technologie mobile est utilisée par le consommateur, si telle initiative de design a eu un impact sur le comportement d’achat. Ces dirigeants connaissent les innovations qui sont actuellement utilisées en magasin, mais souvent seulement au travers de rapports de veille ou par leur propre curiosité. Le grand changement est de pouvoir concrètement voir comment ces technologies sont utilisées et leur impact sur le comportement d’achat ou sur le temps passé en magasin.

Les réactions de mes clients sont variées : certains sont étonnés d’être accueillis en magasin, car ils n’imaginent pas forcément pouvoir faire la même chose en France. Les Américains sont très souvent prêts à montrer ce qu’ils font et à le partager, ce qui n’est pas forcément le cas ailleurs. D’autres sont rassurés dans leur envie d’intégrer plus de technologie en magasin après leurs visites. Enfin, il arrive souvent que plus que la technologie, ce soit le type d’offre et le design qui intéressent ces dirigeants. Un magasin comme « The Container Store » a par exemple beaucoup intéressé l’un d’eux, pas seulement pour leur offre de « Click and Collect », mais surtout pour la variété des produits proposés et le design agréable du magasin qui permettent de voir un large éventail de produits tout en offrant la place nécessaire pour circuler dans les rayons.

 

INfluencia : le magasin est-il finalement amené à devenir une vraie marque propre ?

Un de mes magasins préférés à New York est « Normal » qui représente tout ce que je recherche actuellement. À l’origine, cette société aurait dû être un pure player Internet qui propose des écouteurs faits sur mesure grâce à des imprimantes 3D. C’est donc le lieu de vente, le lieu de fabrication de ces écouteurs, le lieu de travail de toute l’équipe et le lieu où se trouve la chaîne de fabrication des produits. Ces écouteurs sont ensuite envoyés aux clients à leur domicile ou récupérés en magasin. Chaque produit acheté est accompagné d’une boîte sur laquelle est gravé le nom de l’acheteur. De plus, il reçoit une petite note le remerciant de son achat, signée de la main de la personne qui a préparé la commande.

 Le magasin devient donc ce lieu unique dans lequel toute l’activité est concentrée : la création, la fabrication, l’accueil du client, la préparation des commandes. Demain nous n’irons plus simplement acheter des écouteurs pour notre lecteur Mp3, on ira au Normal, car il représentera un produit, un lieu, un design et un service.

Share

L’idée me trottait en tête depuis longtemps, elle est maintenant passée à exécution.
Depuis quelques temps déjà, je travaille sur des projets de découvertes des innovations en magasin à New York avec des consultants, des agences digitales ou des marques afin de leur montrer concrètement ce qui se fait.

times square Soparticular small

Les articles de ce blog parlant de magasins sont régulièrement repris par d’autres sites ou des cabinets de veille, le meilleur exemple étant mon article sur le magasin du futur. Il y a donc un vrai intérêt à découvrir ce qui se fait aux Etats-Unis d’un point de vue européen.

Je  propose mes services aux consultants, aux agences digitales, aux sociétés de veille et aux marques afin de les aider à découvrir et tester la dernière campagne digitale, le dernier service en magasin, la dernière technologie pour que le magasin communique avec le client…. Venez tester et voir ces outils lors de visite guidée de lieux utilisant ces technologies à New York.

Des visites personnalisées avec ou sans intervenants du magasin ou du fournisseur technologique, préparées à l’avance et qui vous permettront d’acquérir toutes les connaissances nécessaires.

D’autres services seront rajoutés en fonction des demandes: prestation de veille, présence sur des salons et compte rendu, tests de services….

Le site va donc changer sous peu afin de mettre en avant ces nouvelles activités. Le blog sera toujours là bien sûr!

N’hésitez pas à me contacter pour avoir plus d’informations ( bertrand (at) soparticular (point) com ) et à partager cet article.

Photo via Vertigooo

Share

Quelques offres de stage pour des “software developers” aux Etats-Unis (ce sont les montants proposés aux stagiaires).
Tentant!
stage

Stagiaire: un métier qui rapporte!
Via @Tzhongg

Share